Accueil / Le réseau / Habit habitat habité

Habit habitat habité

Photographies réalisées par Ian Dykmans en 2015 en vue de sensibiliser le grand public à l’habitat léger
Date : mercredi 11 décembre 2019 (09:00) > mardi 11 février 2020
Adresse : Rue Emile Henricot, 61 - 1490 Court-Saint-Etienne
Remarque : Au Quatre Quarts - ancienne gare de Court-Saint-Etienne


Réalisée en partenariat avec le Réseau brabançon pour le droit au logement (RBDL) et le Centre culturel du Brabant wallon (CCBW), cette exposition s’inscrit dans la reconnaissance de l’habitat léger comme solution valable et viable à la crise du logement ; une véritable transformation dans l’art d’habiter en réponse aux enjeux actuels de notre société. Son objectif : placer cette forme d’habiter et ses habitants sur le devant de la scène.

Destinée à toutes les personnes intéressées par la question du droit au logement mais aussi par la créativité et l’autoréalisation à l’œuvre dans l’habitat léger, l’expo photos « Habit, habitat, habité » est le fruit d’un groupe de travail mené par des habitants et des associations.

 Des habitants mis à l’honneur au travers de ces photographies à visage humain qui présentent une grande diversité de population. Leurs points communs : la mise en œuvre, par eux-mêmes, d’une solution aux problèmes du logement, de créativité, de « Do it Yourself », etc.

 

Roulottes, caravanes, yourtes, chalets et autres constructions légères en bois, paille et terre crue, anciennes serres ou encore « dômes géodésiques », voilà autant de variétés d’habitat léger, parmi bien d’autres.

Seules conditions pour être considéré comme tel, répondre à l’un des trois critères suivants : être démontable, déplaçable, d’un volume réduit, d’un faible poids, ayant un emprise au sol limitée, autoconstruite, sans étage, sans fondation et non raccordée aux impétrants.

 

Véritable enjeux de société, l’habitat léger répond non seulement à une crise majeure du logement mais aussi à des questions environnementales, sociétales et existentielles.

 

Entre 2013 et 2019, le RBDL en collaboration avec les citoyens, les associations et les universités ont mené, ensemble, un combat quotidien de mobilisation, d’analyse de la situation et d’interpellation politique pour la reconnaissance de cette forme d’habiter.

Un réel travail d’éducation permanente qui a permis la reconnaissance et l’intégration de l’habitat léger, notamment dans le Code wallon de l’habitation durable, qui dispose à présent d’une définition légale et d’une reconnaissance juridique.